GUIDE POUR UN NOËL SANS GLUTEN

La période des Fêtes est une période de réjouissance et de rassemblement qui tourne souvent autour de la nourriture. Pour nous qui devons suivre une diète sans gluten stricte, il y a de quoi faire monter le niveau de stress un brin 😉
Voici quelques stratégies pour vivre de beaux moments sans casse-têtes :

 

  1. Focusser sur l’essentiel

Je commence avec le point le plus sensible parce qu’il est primordial. L’essentiel lors de ces rassemblements ce n’est pas ce que l’on porte à notre bouche, mais plutôt ces moments riches et précieux, parfois rares, que nous partageons avec nos proches.

 

2. Recevoir

Si cela est possible pour vous, recevoir votre famille est souvent plus facilitant que d’être reçu. Votre cuisine est adaptée à votre réalité et vous disposez déjà des ingrédients de base pour réaliser la plupart des recettes. Vous pouvez tout de même demander à vos invités de contribuer au repas en leur demandant d’apporter, par exemple, des breuvages, crudités, croustilles, ou viande que vous apprêterez ensemble.

 

3. Faire de l’hôte son allié

Quand vous savez à l’avance que vous serez reçu chez quelqu’un avec qui vous êtes à l’aise de discuter, je vous invite à entrer en contact avec cette personne pour voir si elle serait ouverte à faire certains changements qui feraient en sorte que vous soyez en mesure de manger certains mets comme les autres. La plupart du temps, les hôtes préfèrent savoir ce qu’ils doivent faire pour que tous puissent apprécier son repas. Pourquoi ne pas lui offrir de faire l’achat de certains ingrédients ou d’aller cuisiner avec elle ?

 

4. Cuisiner (ou acheter) à l’avance

Je me réserve souvent une journée en décembre pour cuisiner quelques mets traditionnels que je congèle en prévision des Fêtes. Pâtés à la viande, ragoût de boulettes, beignes, etc. Cela ne me prend pas beaucoup de temps, je les apprête à mon goût et j’ai plusieurs plats prêts à emporter pour manger comme tout le monde et passer inaperçue! Puisque cette année je n’ai pas eu le temps de cuisiner, je me suis assurée d’acheter ces mets préparés que j’ai congelé en portions individuelles de façon à pouvoir les apporter quand j’en aurai besoin.

 

5. Les fameux « potluck »
Dans la famille du côté de ma mère, c’est la tradition. Je m’assure donc de faire mon enquête dès mon arrivée. Je sais que je peux habituellement manger le délicieux tartare de ma tante Carole, le jambon de Margot, les beans de ma grand-mère et quelques salades et bouchées. Je m’apporte toujours pain ou biscottes et un dessert. Je complète avec crudités et fromages, parfois viandes froides quand je vois les emballages. Je vous recommande d’aider à la mise en place du buffet et de vous servir avant tout le monde pour éviter la contamination croisée.

 

7. Manger avant

L’option idéale si vous ne voulez pas être confronté à un repas complet ou si les gens auxquels vous souhaitez vous joindre se trouvent dans un restaurant qui n’offre pas d’options sans gluten sécuritaires. Vous avez toujours l’option de manger et de rejoindre les gens ensuite, prendre un verre ou un café en leur compagnie et discuter simplement sans vous soucier de la nourriture. 

6. Se faire plaisir
Il peut arriver que l’on doive se rendre chez quelqu’un avec qui il nous difficile de communiquer à l’avance pour connaître le menu et les options possibles pour nous. Ou encore de savoir que cette personne a de la difficulté à saisir les subtilités de l’alimentation sans gluten et que nous risquons fort d’être contaminés. Je ne me gêne pas pour me faire plaisir dans ces cas-là! Je me prépare une magnifique salade-repas, j’apporte un plat à réchauffer ou encore je me fais préparer un plateau de sushis sans gluten. On n’a pas besoin de faire pitié 😉

 

8. Répondre aux commentaires « poches »

Parlons-en de la pitié !! C’est le commentaire que j’ai le plus entendu. « Pauvre toi… » Savez-vous que je faisais bien plus pitié avant de savoir ce que j’avais, quand j’étais malade !! Les gens ne savent pas, ne comprennent pas. Ils sont maladroits et essaient de dire quelque chose de réconfortant, même si souvent ça ne l’est pas. Mes trucs? Préparez-vous quelques réponses toutes prêtes d’avances. Je réponds maintenant, ironiquement, que je fais vraiment pitié avec mes kilos en trop 😊. L’humour est souvent une bonne option mais vous devez être à l’aise avec votre réponse. Souvent si on insiste pour que vous goûtiez quand même au dessert, un « Non merci » ferme et souriant suffira. Ajoutez-y un « mais je prendrais volontiers un café/un verre d’eau » et vous satisferez votre hôte qui pourra vous offrir quelque chose. Vous pouvez aussi faire diversion en changeant de sujet. Chose certaine, tenir dans un débat pour convaincre les plus tenaces ne vous apportera que très rarement succès et satisfaction.

J'espère sincèrement qu'après cette lecture vous vous sentez plus outillés et mieux préparés pour passer cette période de rassemblements et de réjouissances et surtout profiter des beaux moments qui se présenteront à vous en vous rappelant que l'essentiel est bel et bien ces instants précieux et souvent trop rare où nous prenons le temps d'être avec ceux qui nous sont chers. Cela n'empêche en rien de s'offrir quelques gourmandises sans gluten, bien sûr !!

Version PDF